Entre les lignes de Portia Da Costa

couv entre les lignes

Titre : Entre les lignes
Auteur : Portia Da Costa
Éditeur : Milady – Romantica
Date de parution : 21 juin 2013

Résumé

Gwendolyne est bibliothécaire. Sa petite vie tranquille est bouleversée le jour où elle trouve dans sa boîte à idées des lettres anonymes pleines de propositions indécentes. Stupéfaite de constater que ces fantasmes s’accordent à merveille aux siens, la jeune femme se lance dans une correspondance torride avec un mystérieux inconnu. Bientôt, les missives érotiques ne suffisent plus. Alors qu’elle rêve de rencontrer son admirateur secret, la bibliothécaire entreprend un jeu érotique avec un professeur d’histoire aux allures d’aventurier qui attise son désir depuis longtemps. Serait-il l’auteur de ces mots troublants ? Elle se plaît en tout cas à l’imaginer…
Une histoire romantique et sensuelle qui épicera vos fantasmes, figurant sur la sulfureuse liste « Fifty Shades of Grey » des ouvrages recommandés par Tracey Cox dans le Daily Mail.

Avis de Lilitth

note 4 Très bonne surprise qui pourtant ne plaira pas à tout le monde. Beaucoup de choses auraient pu faire que je déteste ce livre mais j’ai été emportée du début à la fin.

On rentre tout de suite dans le vif du sujet. Gwendolynne Price, jeune bibliothécaire trouve dans sa boîte à suggestions une lettre anonyme très «explicite» d’un certain Némésis qui va chambouler sa vie. Pour être explicite elle est explicite ! Attention les filles ne lisez pas ça dans un lieu public, vous risqueriez d’être légèrement gênées 😉

Voilà une des choses que je n’aime pas trop d’habitude, les scènes trop détaillées qui tournent vite vers le vulgaire. Et en lisant cette lettre, je me suis dit «oh oh mauvais choix de lecture !» Et puis on rencontre Daniel et tout a changé.

Daniel Brewster alias professeur Glamour est venu en ville afin d’effectuer des recherches pour son nouveau livre. Il a beaucoup de succès auprès de la gente féminine. Je ne sais pas pour vous mais pour moi un professeur je l’imagine vieux, en costume terne, nœud papillon, cheveux gris et barbe grisonnante… Déjà avec Gabriel (mon chouchou du livre Divin enfer) j’avais changé d’avis mais Daniel me conforte dans l’idée qu’un professeur peut aussi être sexy en diable. J’ai complètement craqué pour lui. On sent tout de suite qu’il nous cache quelque chose sans pour autant être sûrs de nous.

Et puis on a Némésis. Un homme sans complexe, dominateur qui rêve de coucher avec notre héroïne. Il va la pousser à faire des choses pas très politiquement correctes. Je dois dire que ne sachant pas si c’était Daniel je l’ai détesté et en même temps on ne peut s’empêcher d’être attiré par lui.

Gwendolynne jeune divorcée, que son mari ne comblait pas sexuellement, se retrouve émoustillée par cette lettre et en même temps coupable de l’être par un parfait inconnu qui pourrait très bien être un pervers vu le peu qu’elle sait de lui. Mais au fond d’elle-même, elle est sûre que cet homme ne lui veut aucun mal. Elle va alors entretenir avec lui une relation «cybersexe» si je peux dire. Il lui donne des gages à faire sur la personne de son choix. Vous vous doutez bien que cette personne sera Daniel… Et c’est là que l’auteur nous mène en bateau. Je ne peux pas vous en dire plus sinon j’en dévoilerais trop et se serait vraiment dommage.

Je suis passée par toutes les phases, j’ai cru que Daniel était Némésis pour au final changer d’avis, et rechanger d’avis jusqu’à ce qu’on est enfin la certitude de l’identité de ce mystérieux personnage. Pour celles qui me connaissent et qui connaissent mes goûts en lecture je peux vous dire que j’ai plusieurs fois grincée des dents. Je déteste qu’un héros/héroïne ait plusieurs «amants» et là de ne pas savoir c’est d’un frustrant !

J’ai guetté les indices en espérant qu’ils ne fassent qu’un et quand enfin j’ai compris que Némésis était.Vous croyez franchement que je vais vous le dire ? Et bien non il va vous falloir le lire 😉 Je peux juste vous dire que j’ai été déçue sans vraiment l’être.

A ne pas mettre dans toutes les mains. Certaines scènes peuvent choquer entre autre des scènes de voyeurisme mais rien n’est trop trash ! Mon seul point négatif c’est que ce n’est pas assez développé à mon goût. La dernière partie du livre est beaucoup trop précipitée. C’est frustrant car on s’attache à nos héros et j’aurais aimé que cette partie soit plus approfondie. J’ai hésité pour ma note. Il mérite un 3.5 mais rien que pour Daniel je lui mets un 4. Un très bon moment en perspective pour les amateurs de romance érotique.

Extrait

« Puis tout change. Avec une habileté suspecte, Daniel s’empresse d’ôter ses lunettes et les laisse tomber sur le banc. Déployant ses doigts fuselés, il prend mon visage entre ses mains en coupe, ses mains belles et racées, sources pour moi de fantasmes spectaculaires. Nos bouches sont jointes à la perfection. Il presse sa langue contre mes dents sans la moindre timidité, m’explore avec témérité, découvre ma saveur. Je froisse la lettre et la jette sur le sol. Oubliant les mots bleus et le papier bleu de Némésis, je m’appuie contre les épaules de Daniel.
Il sent le bonbon à la menthe. Ce goût me plaît, mais l’homme qui va avec est encore plus délectable. Pour quelqu’un de si posé, de si réservé, il embrasse comme un dieu.
Il attaque, il bat en retraite, me cajole, m’aguiche. »

Lilitth

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

3 réflexions au sujet de « Entre les lignes de Portia Da Costa »

  1. Haleah's Home

    Je dois avouer qu’en lisant ta critique, j’en ressors intriguée, voire frustrée… Certes, je n’ai même pas lu les premières pages du livre, et non je ne l’ai même pas en ma possession. Mais bon sang ! Ce genre d’histoire m’attire à tous les coups. Avoir deux personnages, et ne pas savoir durant toute la lecture s’il n’est pas en réalité une seule et même personne, il y a de quoi me tenir en haleine. Je pense que je vais sérieusement me mettre en quête de ce roman.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *