DUFF, Dodue Utile et Franchement Fade de Kody Keplinger

Duff

Titre : DUFF, Dodue Utile et Franchement Fade (The Duff #1)
Auteur : Kody Keplinger
Éditeur : Hachette Romans
Date de parution : 06 janvier 2016

Résumé

Bianca n’est peut-être pas la fille la plus jolie, ni la plus populaire du lycée mais elle a d’autres atouts : deux meilleures copines, un esprit mordant et beaucoup de second degré.
Elle est aussi bien trop maligne pour tomber sous le charme du sexy Wesley, coureur de jupons invétéré et son ennemi juré depuis qu’il la surnomme la D.U.F.F (Dodue, Utile et Franchement Fade).
Jusqu’au jour où elle commence à se demander si ses vraies ennemies ne seraient pas en fait ses amies si jolies, si parfaites et si populaires qui ont fait d’elle leur faire valoir : la copine un peu moche mais bien utile… leur D.U.F.F. ?
Fatiguée d’être toujours reléguée au second plan, Bianca décide de sortir de l’ombre et de se débarrasser de son surnom en menant une véritable révolution contre les impitoyables règles sociales du lycée. Et en croisant sur son chemin un improbable allié…

Avis de Melwasul

note 10

Il y a des jours, comme ça, j’ai l’impression d’avoir à nouveau 15 ans dans ma tête et non pas 25. Le jour où j’ai regardé Duff et le jour où je l’ai lu font partis de ces fameux moments où je me suis de nouveau sentie adolescente. Avant de parler plus en détail de ce livre il faut que je vous avoue deux ou trois choses.

Premièrement, si j’ai regardé Duff c’est en grande partie à cause de son acteur principal, le pas moche du tout hyper canon Robbie Amell (The tomorrow people / The Flash)(et cousin de Stephen Amell le célèbre Green Arrow). Deuxièmement, je l’ai adoré, c’est ado au possible mais j’y peux rien, je vous le dis mon cerveau retourne parfois de manière indépendante de ma volonté au statu de grande gamine (mais c’est pas ma faute, le Robbie il a pas un sourire carrément trop craquant ?). Dernièrement, je ne savais absolument pas que le film était l’adaptation d’un roman !

En général, j’essaie de toujours lire le livre avant de voir le film, là forcément, je n’ai découvert que début janvier que celui-ci existait, mais je n’ai pas hésité une seule seconde, il me fallait le lire ! Et je ne regrette pas ma lecture, j’ai vraiment passé un excellent moment même si le film a en fait pris beaucoup de libertés par rapport au livre. Si l’idée de départ est la même, la suite diffère énormément mais n’enlève rien, au contraire, comme l’impression de découvrir une nouvelle histoire, un peu plus travaillée, un peu plus profonde aussi (mais je me sens toujours aussi ado malgré tout 😉 ).

Comme dans le film, Bianca a la joie de découvrir grâce à l’hyper délicat Wesley qu’elle soit-disant est une « DUFF » pour ses amies, Dodue utile et franchement fade, qu’elle reste dans l’ombre et leur permet de se mettre en valeur. Agréable à entendre de la part du mec le plus sexy du lycée n’est-ce pas ? Ajoutez à cela, une mère aux abonnés absents et qui finit par demander le divorce et un père qui retombe dans l’alcoolisme, il y a de quoi vraiment être au bord de l’implosion. Surtout que Bianca a de grandes difficultés pour parler quand cela ne va pas, même à ses meilleures amies, et tout le monde le sait l’effet cocotte-minute n’est vraiment pas un bon plan.

Heureusement pour elle, elle va trouver un moyen de s’évader ainsi qu’une oreille attentive. Une oreille là où elle ne l’attendait pas ! Wesley va être celui qui va l’aider à tenir la route, à faire front et à ne pas complètement craquer. Wesley le dragueur, Wesley le tombeur, Wesley le crâneur, un brin imbu de lui-même, va être le seul à lire en elle, à voir que quelque chose ne va pas et le seul à réussir à la faire parler. S’il va être là pour elle, inconsciemment, Bianca va aussi être d’un grand réconfort pour Wesley pour qui la vie n’est pas si facile que ça malgré les apparences. Elle va le faire grandir, le faire évoluer.

Forcément, ayant vu le film avant, en lisant le roman, j’avais les acteurs en tête et un constat : ils ont été parfaitement choisi au moment des castings ! Surtout Robbie Amell qui fait un parfait Wesley, la carrure, le regard, le sourire tout y est, c’est un vrai sans faute ! Bianca est elle aussi bien trouvée même si, de par le synopsis, la Bianca du livre est extrêmement différente de celle du livre. Plus sombre, ce n’est pas un problème vestimentaire, de look comme dans le film, mais vraiment des problèmes beaucoup plus sérieux, moins futiles ce qui entraîne moins de légèreté, plus de sombre. Deux héros qui nous semblent vraiment réels et qui ressemblent vraiment à des adolescents et non pas à des « presque adultes » ce qui fait qu’ils font un certain nombre d’erreurs mais que nous leur pardonnons : ils sont jeunes et n’ont pas le recul que nous, nous avons !

Surtout Bianca. Bianca qui m’a énervée, Bianca que j’ai eue envie de gifler, Bianca que j’ai trouvée hypocrite et même un peu garce par moment, Bianca avec qui j’étais très souvent loin d’être d’accord. Mais Bianca à qui je me suis attachée. Elle est naturelle, c’est une adolescente dans toute sa splendeur, avec ses raisonnements totalement illogiques, qui fait l’autruche et s’obstine à ne pas demander de l’aide, même quand ce n’est pas pour elle. Mais voilà, Bianca est attachante, c’est tout. Wesley, lui, paraît être un parfait connard au début et pourtant, nous voyons vite qui il est vraiment, comment ne pas s’attacher à lui en voyant son comportement face à Bianca évoluer comme il le fait ? En le voyant tout doucement s’accrocher et se faire envoyer boulet puis ignorer. Pauvre, pauvre Wesley. Mais surtout, merci Wesley d’avoir été aussi obstiné et adorable !

Là où le film se contente d’être une comédie romantique adolescente drôle et agréable, le livre lui est plus profond et aborde des sujets plus difficiles. Le regard des autres, la douleur qu’un seul mot peut causer alors que « c’est juste pour rire », le divorce, la séparation ou encore l’alcoolisme, ce qu’il entraîne et le sentiment d’impuissance, surtout à cet âge-là. L’écriture de l’auteur est très agréable, les pages se tournent toutes seules. Les émotions sont présentes, l’humour aussi, impossible de rester indifférent face à notre lecture. Nous gloussons, nous couinons, nous grognons aussi tout en râlant parfois et puis surtout, nous sourions. Je vous le dis, en lisant ce livre, j’ai rajeuni de dix ans et c’était absolument génial !

Duff’ment Vôtre,
Melwasul

Lecture académy

 

Retrouver ce roman sur Lecture Academy

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

Une réflexion au sujet de « DUFF, Dodue Utile et Franchement Fade de Kody Keplinger »

  1. Ping : DUFF : un livre que vous avez adoré ! - Lecture Academy Lecture Academy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *