Désarçonnés de Colette Auclair

Désarçonnés

Titre : Désarçonnés (Aspen Valley #1)
Auteur : Colette Auclair
Éditeur : J’ai lu – Promesses
Date de parution : 13 janvier 2016

Résumé

Cavalière émérite, Amanda Vogel rêve depuis toujours de participer aux Jeux Olympiques. Mais, depuis le drame qui l’a profondément choquée et traumatisée, elle ne concourt plus. Sans plus d’argent, elle accepte de passer l’été dans le Colorado pour enseigner l’équitation aux deux filles trop gâtées du célèbre acteur Grady Brunswick. Dans la fabuleuse propriété de la star au charme irrésistible, ces trois mois promettent d’être un véritable supplice. Car le jeune veuf n’a pas la moindre autorité sur ses petites pestes. Pourtant, au risque de se faire renvoyer, Amanda va s’opposer aux demoiselles insolentes et à leur père attendri. Et surtout reprendre confiance en elle. Alors, quand arrive septembre, elle doit choisir entre décrocher une médaille d’or ou… l’homme qui a capturé son cœur.

Avis de Melwasul

note 10

POUAHHH !!! Quelle surprise, un livre que je n’attendais pas et que j’ai tout simplement trouvé parfait. Pas. Un. Seul. Défaut. Il faut savoir, je suis une grande passionnée d’équitation mais malheureusement, je trouve trop peu de lectures adultes sur le thème. En dehors La leçon d’équitation et Parcours sans faute de Sara Gruen, et L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux de Nicholas Evans, je n’ai pas grand-chose à me mettre sous la dent. Dès que j’ai découvert que Désarçonnés allait être publié en français, je me suis dit chouette et puis, je l’avoue, j’ai eu beaucoup peur.

Peur à cause de la grosse blague qu’a été Parle-loi, Darkside de Nancy Herkness. Peur à cause de la couverture. Peur d’avoir affaire à quelque chose d’un peu trop guimauve. Et finalement, tous les ingrédients sont réunis pour nous offrir romance toute choupinette : une star de cinéma drôle et sexy qui ne se prend pas la tête, une héroïne droite dans ses bottes et qui ne manque pas de panache, des personnages secondaires bien travaillés et indispensables, de l’humour, de la douceur, des rires, des émotions, de l’amour et cette petite touche d’équitation en toile de fond qui ravira les mordus de cheval sans pour autant déranger les non-mordus.

Amanda, trentenaire cavalière de CSO (Concours de Saut d’Obstacle), a un rêve dans la vie : participer aux Jeux Olympiques. Problème, depuis un terrible accident, elle souffre de stress post-traumatique et se trouve incapable de prendre le départ d’une compétition. Obligée de ventre sa précieuse jument, son bébé, elle prend la décision de quitter la Floride pour Aspen, dans le Colorado, où elle va enseigner l’équitation à deux petites pestes, filles de la star d’Hollywood, Grady Brunswick. Trois mois qui ne vont pas être de tout repos (dresser deux petites filles pourries gâtées se révèle être tout aussi difficile que de dresser un étalon sauvage)(et expliquer à leur papa qu’il faut les dresser va être tout aussi compliqué)(surtout quand le dit papa est à tomber par terre de sexytude et de charme).

Que j’ai aimé le personnage d’Amanda ! Elle est tout simplement géniale. Même si elle a vécu quelque chose de traumatisant, qu’elle en est encore marquée, elle n’y pense pas toutes les pages, ce n’est pas mentionné tous les paragraphes. A tel que point, nous aussi nous oublions un peu son passé et que comme pour elle, il nous revient en pleine face quand nous nous y attendons plus. Par moment, nous sentons un léger manque de confiance en elle quand à d’autres elle respire la force et l’obstination. Deux faces qui nous la rendent que plus réelle, vraie. Elle est pleine d’humour et n’hésite pas à se moquer d’elle-même. On sent vraiment la femme d’équitation derrière : une main de fer dans un gant de velours. L’attitude qu’il fallait pour s’occuper de la famille Brunswick (et je ne parle pas que des fillettes 😉 ).

Ne vous inquiétez pas, Grady est à la hauteur d’Amanda. Star de cinéma qui ne sait pas trop comment réagir face à cette jeune femme qui ne se traîne pas à ses pieds et ose même lui dire comment élever ses petits monstres. Un peu perdu, il décide de prendre les choses avec humour jusqu’à ce qu’il se rende compte que la jeune femme est loin de le laisser indifférent (fichus rêves !)(et fichue jalousie). Une fois le déclic fait, l’opération séduction peut commencer et alors là, Amanda a été résistante, ce fut difficile mais elle n’a pas fondu à la première attaque (je l’admire d’autant plus !). Parce que le Grady il est sacrément irrésistible, drôle, charismatique, un papa aimant, pas si sûr de lui qu’il ne veut le laisser croire. Ahh tous les deux ils sont tellement choux.

Deux personnages principaux de toute beauté mais aussi des personnages secondaires indispensables, qu’ils soient adorables ou détestables. D’abord, il y a mon coup de cœur, le sublime et adorable Harris. Tout le monde devrait avoir son Harris ! Viennent ensuite les deux adorables petites pestes, Solstice et Wave (oui j’ai gloussé devant ces prénoms), elles sont tour à tour capricieuses, drôles, touchantes, pestouilles, émouvantes et nous allons vraiment les voir grandir au contact d’Amanda et des chevaux. Jacqueline, la surprenante Jacqueline. La mère de Grady (arghhh envie de meurtre en cours), Beth, Priscilla, … toutes parfaites. Sans oublier Bramble, Rainy, Titanium, Edelweiss, Tatalina et Nikolaï.

Des émotions sans tomber dans le tragique, de l’humour (beaucoup), de l’amour (encore plus), des personnages principaux et secondaires au top, une écriture agréable, fluide, rapide. Des détails quand il faut, là où il faut, comme il le faut. Une équitation présente sans pour autant que ça puisse gâcher la lecture aux personnes qui n’aiment pas spécialement ça, juste un parfait fond à une belle romance. Des strass et des paillettes à petites doses. Un roman à qui je ne trouve aucun défaut. C’est vraiment rare. Pas un coup de cœur mais un roman sans rien à y redire. Parfait. Maintenant je vais croiser les doigts pour que les éditions J’ai Lu traduisent le deuxième et troisième tome de cette série parce qu’il y a longtemps que je n’avais pas lu un Promesses aussi bon !

Bourriquement Vôtre,
Melwasul

logo-jai-lu
Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

P.S: Le héros se nomme bien Grady et non pas Gary comme cela est mentionné en quatrième de couverture.

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

3 réflexions au sujet de « Désarçonnés de Colette Auclair »

  1. Okapet'

    Laisse-moi deviner, Bramble, Rainy, Titanium, Edelweiss, Tatalina et Nikolaï se sont les chevaux ? =p
    Ton avis me donne envie de le lire, moi qui suis aussi passionnée d’équitation. S’il n’est ni guimauve ni enfantin comme je le craignait entre le résumé et la couverture, je vais surement me lancer dans les jours à venir =)

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Presque, pas tous 😉 Et oui oui vas-y, c’est vraiment une bonne romance et si en plus tu aimes l’équitation c’est un petit plus agréable !

      Répondre
  2. Ping : Désarçonnés de Colette Auc...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *