Confidences au bord de l’eau de Kristan Higgins

confidences au bord de l'eau
Titre : Confidences au bord de l’eau
Auteur : Kristan Higgins
Éditeur : J’ai Lu – Promesses
Date de parution : 27 août 2014

Résumé

Après avoir appris que son père a dilapidé la fortune familiale, Parker se réfugie dans sa petite maison du Maine. Elle essaie de la restaurer avant que son petit garçon revienne de vacances. James Cahill, le bras droit de son père lui propose son aide, mais elle le déteste.

Avis de Melwasul

note 4Kristan Higgins ! Il me semble que je vous en ai déjà parlé de cette auteure. A six reprises même. Enfin si je ne me trompe pas. Mais est-ce que je vous ai dit tout le bien que je pense d’elle ? Très certainement (Madame Piment). En êtes-vous vraiment sûrs (Madame Chaussures) ? Moi j’ai un petit doute quand même, je vais donc profiter de cette chronique pour le faire (en fait toutes les excuses sont bonnes pour dire à quel point Kristan Higgins est une auteure extraordinaire, une vraie déesse qui mérite une statue !). Vous l’aurez compris, j’ai lu la dernière parution en français de Kristan Higgins et j’ai adoré ça. J’ai couiné, j’ai gloussé, j’ai pleuré, j’ai trépigné, et je suis restée avec un sourire ridiculement niais sur les lèvres un bon moment après avoir fermé mon livre.

Parker est dévastée. Du jour au lendemain, elle perd tout. Ou plutôt son père perd tout y compris l’argent de sa fille et de son petit-fils et va tout droit en prison. Tout est saisi par le FBI : la grande demeure dans laquelle ils vivent tous les trois, l’argent que son père avait investi, tous leurs biens sauf les quelques choses appartenant à Parker. Elle se rappelle qu’il y a un petit moment, elle a hérité d’une vieille tante d’une maison dans le Maine. Elle décide de s’y réfugier le temps de se remettre sur pieds pendant que son fils est en vacances avec son père. Sauf que surprise, cette maison est une vieille bicoque qui tombe en ruine et en plus habitée :

Puis, horreur des horreurs, le chatouillis remonta le long de son mollet. […] Si c’était un cafard, elle mourrait sur le champ. A présent, elle sentait un gratouillement au niveau du genou. Une bosse apparut sous l’étoffe, continua à se déplacer […] fit le tour de sa jambe, traversa sa chute de reins pour atteindre l’autre côté. Paniquée, Parker ouvrit son pantalon et non, elle ne rêvait pas, c’était bien […] !

Mais en plus, comble de l’horreur, Primo, le bras droit de son père, alias James Cahill, lui propose son aide. Aide qu’elle refuse immédiatement mais James n’en fait qu’à sa tête et s’impose chez elle. Trois semaines de cohabitation qui vont s’avérer compliquées pour Parker.

Non, cet air de brun ténébreux, ce visage sculpté… quel ennui. Il avait des allures de mannequin Gucci ou de play-boy lassé. Pas du tout son genre.
Sauf quand il souriait. Il avait un sourire large, presque trop généreux, ses yeux se plissaient et… oui, elle pourrait bien craquer.

Difficiles pas seulement pour Parker.

Trois semaines, seul avec Parker Welles Harrington. James se demanda s’il devait en rire ou se tirer une balle dans la tête.
Surtout que franchement, Parker peut se montrer adorablement insupportable, mais que James va tout faire pour la tenter.

Quand Parker se gara dans l’allée, Primo était sur le toit.
Torse nu. Une fois de plus.A le voir ainsi, tous ses sens s’éveillèrent.
Il portait un bermuda et une ceinture à outils, il était ruisselant de sueur et Parker se rendit compte tout à coup qu’elle avait la gorge sèche. Primo était sexy en diable.

Vous l’avez compris les trois semaines vont être longues pour tout le monde. Ou peut-être bien trop courtes…

Pour celles qui ont lu Tous sauf le grand amour, vous connaissez déjà Parker. En effet, il s’agit de la maman de Nick, le fils d’Ethan le héros. Comme c’est le seul roman de Kristan Higgins que je n’ai pas apprécié, on peut dire qu’elle ne m’avait pas marquée plus que ça. Mais je l’ai vraiment adorée ici. Ce n’est pas une fille à son papa riche. Bien au contraire. J’ai adoré sa personnalité, ses discussions avec ses petits copains imaginaires (qui sont à mourir de rire les pauvres choux)(je vous rassure elle n’est pas folle, vous comprendrez lors de votre lecture). Un tout petit peu boulette sur les bords, le cœur sur la main, sûre d’elle, elle est dans la pure veine des héroïnes de l’auteure et ça me va parfaitement !

James n’est pas un de mes héros préférés mais il est largement à la hauteur de son rôle. Drôle, sexy, il a de la répartie, ne se laisse (presque) pas mener par le bout du nez par Parker et en plus il cache une dramatique histoire qui nous donne envie de le câliner (genre on a besoin d’une excuse …). Mais, je ne sais pas pourquoi il ne m’a pas autant marqué qu’un Malone. Mais après il m’a vraiment, vraiment beaucoup touché, d’ailleurs quand je repense à sa déclaration d’amour (qui aura été la déclaration la plus rapide de la Terre), je souris comme une andouille. Et puis cette demande au mariage finale… Ah James est tout de même un amour. <3

D’ailleurs parlons-en de Malone. Parce que bonne surprise, la petite bourgade du Maine où Parker possède une maison s’appelle … Gideon’s Cove. Ça ne vous rappelle rien ? Et oui, c’est là que se passe L’homme idéal… ou presque et la première personne que rencontre Parker en arrivant, c’est mon pêcheur de homard préféré, mon petit Malone adoré ! Je dois avouer que j’ai retrouvé avec un immense plaisir Malone et Maggie et l’ambiance de Gideon’s Cove. C’est ce que j’ai vraiment adoré dans ce livre : que Kristan Higgins prenne comme héroïne la meilleure amie d’une autre de ses héroïnes et qu’elle l’amène dans le lieu d’une autre de ses histoires.

Comme je le disais en ouverture, ce livre est tout aussi parfait que les précédents. Je tombe chaque fois un peu plus amoureuse de cette auteure. Je ne peux que vous conseiller de le lire si vous la connaissez déjà ou vous incitez fortement (c’est même une obligation) à découvrir rapidement cette auteure ! On se retrouve au mois de novembre avec une nouvelle parution de Miss Higgins ce coup-ci aux éditions Harlequin (YOUPIIIII !).

P.S : Méfiez-vous des bonsaïs exotiques !

Confidentiellement Vôtre,

Melwasul

Votre appréciation du livre

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

16 réflexions au sujet de « Confidences au bord de l’eau de Kristan Higgins »

  1. Tam-Tam

    ahhhh kristan….
    toujours un super moment avec elle….
    mais je suis une Levi-fan forever ^^ (pas encore traduit celui la je crois)

    Répondre
  2. Kieu-Xuan

    Je n’attendais que ton avis pour savoir si je l’achetais ou non, et ô surprise ton avis est super-hypra-méga-positif (en un seul mot 😉 ) donc dès sa sortie il va atterrir dans ma PAL.
    En plus je trouve ça sympa qu’elle fasse référence à d’ancien personnage même si contrairement à toi Malone ne m’a pas autant marqué (je te le laisse, je préfère Nick ou Trevor) !

    Répondre
    1. Melwasul

      OUIII vas-y, craque, les yeux fermés, c’est un régal ! Ahhh moi, Malone et ses grandes conversations m’ont complètement subjuguée !! Mais j’adore également Trevor et Ian ! 🙂

      Répondre
  3. tothemoonandback

    Oh la la, tu m’as convaincu, ce sera mon livre de chevet pour affronter la rentrée :D. J’avais énormément aimé l’ambiance de Gideon’s Cove, il me tarde d’y retourner 😀

    Répondre
    1. Melwasul

      Hâte d’avoir ton avis, et l’ambiance de Gideon’s Cove est toujours aussi adorablement loufoque (attention aux fous rires !) et puis Malone quoi <3 <3 <3

      Répondre
  4. topobiblioteca

    Bon bon bon mon porte monnaie n’est pas ravie, mais moi si ^^ Je dois dire que les Kristan Higgins je les achètent les yeux fermés tant ils sont frais, bourrés de sentiments, de sensations, d’humour et d’amour =)

    Répondre
    1. Melwasul

      C’est pareil, j’en suis au point que quand je les ouvre je n’ai même pas lu les résumés, c’est la surprise totale 🙂 C’est mon auteure chouchoute chouchoute <3

      Répondre
  5. Chi-Chi

    J’ai eu bcp de mal àle lire, à cause de l’animal de compagnie. J’ai meme cru ne jamais franchir le pas, et du coup, pas mon préféré… 🙁

    Répondre
    1. Melwasul

      Tu parles de l’animal que je ne laisserais pas dormir dans ma chambre ou de celui à quatre pattes? ^^

      Pour le premier, je t’avouerai que j’ai eu beaucoup de mal aussi mais ça m’a fait rire 🙂

      Répondre
      1. Chi-Chi

        ah oui non non moi c’est une véritable phobie, meme en photo, meme en dessin, meme l’idée, je me sens mal. Alors lire un livre dont je savais qu’il était DANS LA MAISON…………………………….;

        Répondre
  6. Nathalie Ravaka

    Bonjour !!! je n’ai rien à ajouter à votre analyse si ce n’est que je suis entièrement d’accord, je viens de l’achever oh la la la cette fin!!!! La sortie du prochain va être très très longue.

    Répondre
  7. shifuzen

    Absolument d’accord ! Je viens de le finir… et je suis triste de devoir attendre avant de retourner à Gideon’s cove.
    Le tome 1 a été lu d’une traite (Ahhh Malone !) et j’ai aussitôt ouvert celui ci pour un peu retrouver les personnages; Bien que le début soit un peu long, une fois de retour dans cette petite bourgade de folie, on ne lâche plus le livre ! Et j’avoue, que j’ai failli verser une petite larme pendant l’épilogue… A lire absolument et je suis devenue fan de cette auteure 🙂

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      MALONEEE <3

      Merci pour ton retour Shifuzen, j'adore avoir des retours (favorables en plus) sur ma petite chouchoute ^^

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *