Benedict de Julia Quinn

Benedict

Titre : Benedict (La chronique des Bridgerton #3)
Auteur : Julia Quinn
Éditeur : J’ai lu – Aventures et Passions
Date de parution : 02 mars 2016

Résumé

Comme le rapporte la mystérieuse lady Whistledown dans sa chronique mondaine, on a vu, lors du bal masqué organisé par les Bridgerton, Benedict, le cadet de la famille, en compagnie d’une ravissante inconnue. Mais à minuit, la belle s’est enfuie. Depuis, il a beau la chercher dans tout Londres, elle semble s’être évaporée. Qui pourrait se douter que, sous le masque de soie noire, se cachait Sophie Beckett, fille illégitime du comte de Penwood, haïe par sa marâtre qui la cantonne à l’office ? Quand Benedict croisera de nouveau Sophie, saura-t-il la reconnaître sous ses habits de domestique ?

Avis de Melwasul

note 10

Après Daphné et Anthony, il est l’heure pour nous d’aborder le cas du second fils de la famille Bridgerton, Benedict. Un fils touchant mais qui n’est clairement pas mon membre préféré, c’est peut-être finalement celui qui me laisse le plus indifférente. Même l’histoire, finalement comparée aux autres n’est pas mauvaise, reste agréable mais elle ne me fait pas frissonner non plus. Je suis un peu dure, je le sais mais le reste de la série (à une exception près)(mais c’est une autre histoire) est une telle merveille que finalement, c’est peut-être celui-ci dont je me souviens le moins. Une impression confirmée par cette relecture qui reste quand même agréable, surtout pour son final qui est absolument hilarant (Violet, je vous adore !).

Un tome qui commence un peu comme Cendrillon mais dont l’histoire diffère complètement par la suite. Lors d’un magnifique bal masqué, Benedict est tombé sous le charme d’une jeune inconnue habillée d’une magnifique robe argentée qui disparut au douzième coup de minuit. Qui est-elle ? Nul ne le sait. Même pas la célèbre Lady Whistledown qui tient la chronique mondaine que tout Londres redoute et dévore. Mais, Benedict est bien décidé à retrouver cette jeune Lady même si pour cela il doit retourner toute la ville. Mais saura-t-il la reconnaître sous les traits d’une servante quand elle se présentera sur son chemin ? Rien n’est moins sûr, seul le futur (et votre lecture) vous le dira.

En fait mon souci principal je crois bien c’est que j’adore l’histoire de Cendrillon (comme presque tous les contes en fait) et j’y ai plongé dedans les yeux fermés. Cette première toute petite partie est vraiment magique, mystérieuse, romantique, c’est magnifiquement écrit mais après, malheureusement, nous quittons trop vite le conte. Et c’est là que j’ai eu l’impression que Julia Quinn se perdait un peu (et me perdait avec). Il y a trop de malheurs qui arrivent surtout à notre héroïne, il y a une petite dose de trop. Avec son passé difficile, avec son histoire difficile non je ne sais pas, ça coince un peu.

Puis, il y a Benedict. Benedict qui est définitivement trop parfait, trop lisse, trop bien sous tous rapports, trop artiste et dont le comportement ne m’a pas totalement enchanté et finalement ne ressemble pas à qui il est vraiment. En fait, Benedict, là où je le préfère, c’est en tant que personnage secondaire. En plus de ça, j’ai trouvé qu’ils se tournaient trop longtemps autour, la révélation sur qui est réellement Sophie met trop longtemps à arriver. Sophie qui est plutôt drôle et sympathique mais qui a vécu vraiment trop de malheurs dans sa vie.

Heureusement, le clan Bridgerton est toujours aussi extraordinairement drôle, cette famille totalement fofolle est totalement addictive. Impossible de leur résister et les pièces rapporter s’intègrent parfaitement dans cette douce folie. Lady Violet est une femme hors du commun (et elle a énormément de courage pour supporter ces 8 monstres) et quand elle se met en colère, avec une idée bien précise en tête, c’est un véritable rouleau compresseur que nous ne pouvons qu’adorer. Sans oublier de parler de la mystérieuse Lady Whistledown à la plume acérée et dont nous découvrirons très bientôt l’identité (genre très, très, très bientôt dans ce qui est mon tome préféré de la série !).

Alors je suis trèèèèèèès critique mais comme je l’ai dit plus haut, c’est parce que cette série est tellement au-dessus, au top que je n’en attends que l’excellence. Je l’ai déjà relu un certain nombre de fois et à chaque fois, ce troisième tome me déçoit un peu même s’il reste très agréable à lire, très sympathique, il ne faut pas exagérer non plus. Bonus, une fois fini, nous nous rapprochons de Colin qui est ahhhhh – envolée de petits cœurs – le meilleur tome de la série. Colin quoi. Pour tout avouer je viens juste de le relire, je n’ai pas pu résister après avoir fini Benedict, je vous en reparle donc très prochainement (la semaine prochaine 😉 ).

Artistiquement Vôtre,
Melwasul

logo-jai-lu Retrouvez ce livre sur J’ai lu pour elle

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

3 réflexions au sujet de « Benedict de Julia Quinn »

  1. Okapet'

    Des tomes que j’ai lu jusqu’à présent, c’est pour moi aussi le moins bon.
    En fait, je pense, bizarrement, que ce qui me gène le plus est qu’il ressemble énormément à Cendrillon, dont Eloïsa James a fait une tellement superbe adaptation dans Il était une fois que j’ai eu l’impression de relire encore la même histoire…

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      Aussi, et puis, le tome qui suit, Colin est tellement parfait qu’impossible de ne pas comparer quand on relit …

      Répondre
  2. Ping : Benedict de Julia Quinn | | J'ai lu pour elle |...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *