Alight de Scott Sigler

Alight

Titre : Alight (The Generations #2)
Auteur : Scott Sigler
Éditeur : Lumen
Date de parution : 15 septembre 2016

Résumé

 » Si c’est la guerre qu’ils veulent, ils l’auront. Ils auraient dû réfléchir avant de s’attaquer à nous.  »

Échappés de leurs cercueils, M. Savage, surnommée Em, et ses compagnons ont parcouru des kilomètres de couloirs envahis d’ossements, affronté la faim et la soif, combattu un redoutable ennemi, les Adultes, avant de pouvoir enfin sortir du piège dont ils étaient prisonniers. Mais arrivés sur Omeyocan, le monde qui leur est destiné, les jeunes survivants déchantent vite…

Pour protéger et nourrir son peuple, à présent constitué de centaines d’enfants, Em va devoir explorer une cité dévastée, perdue au cœur d’une jungle habitée par de terribles créatures et, semble-t-il, d’autres êtres humains. Mais le danger qui guette la troupe ne vient pas seulement de l’extérieur. À mesure que le passé rattrape les adolescents, des clans se forment, des luttes intestines menacent la cohésion du groupe, l’adorateur d’un dieu assoiffé de sang est même prêt à tout pour renverser la jeune Savage…

Jusqu’où Em ira-t-elle pour conserver sa place de chef ? Entre la survie de tous et le pouvoir, que choisira-t-elle ? Dans la suite d’Alive, Scott Sigler, véritable maître du thriller psychologique, joue une fois de plus avec nos nerfs. Et avec quel brio !

Avis de Melwasul

note 4Au mois de février dernier j’ai pris une grosse, grosse claque avec Alive, le premier tome de la série The Generations de Scott Sigler. Avec, Alight, le deuxième tome, je viens de tendre l’autre joue et de me prendre une deuxième grosse, grosse claque. Comme pour le premier, je vais essayer de vous en dire le moins possible pour vous laisser l’entière surprise de découvrir cette série et le talent de Scott Sigler.

Alive avait été tellement surprenant, époustouflant que je ne savais pas trop vers où allait nous amener l’auteur, s’il allait réussir à encore nous surprendre, à innover. Je me suis longuement questionnée après ma lecture et juste avant d’entamer Alight pour savoir s’il allait y réussir. Et la réponse à toutes ces questions est mille fois oui. Oui, il a réussi à complètement me surprendre. Oui, il continue d’innover. Oui il nous emmène là où nous nous y attendons le moins. Oui, les rebondissements s’enchaînent. Oui, il nous immerge complètement dans cette nouvelle aventure. Oui, encore une fois, il donne un autre sens à son histoire, une double lecture sur le monde qui nous entoure de manière magistrale. En bref, c’est un coup de cœur confirmé pour cette série.

Nous retrouvons Em, O’Malley, Bishop, Gaston, Spingate et compagnie là où nous les avions laissés : en route pour l’inconnue. Après leur voyage les voilà arrivés sur Omeyocan, la terre porteuse de tous leurs espoirs. Là où dans Alive ils se retrouvaient dans un immense espace clos qui devient étouffant, ici, ils se retrouvent également face un immense espace inconnu mais totalement ouvert, à l’air libre, à découvrir, à explorer tels des aventuriers échoués sur une île déserte sans connaître ses ressources et ses dangers. Alors que nous espérions (sans vraiment y croire) un peu plus de « facilités » pour nos héros, c’est même pire, les dangers venant vraiment, vraiment, vraiment, de partout, absolument partout. L’ambiance n’en est que plus pesante, stressante, ne sachant pas à chaque ligne ce qui va bien pouvoir nous tomber sur le bout du nez.

Scott Sigler a réussi une nouvelle fois à totalement me faire vivre son roman, grâce à des détails, des descriptions hyper précises, qui traversent les pages pour nous attraper, nous emporter, nous entourer. Comme le premier chaque scène est millimétrée, pensée dans son intégralité, nous donnant exactement ce qu’il faut nous donner, sans fioritures, sans nous lasser, sans nous ennuyer. Les scènes à vous filer des frissons d’horreur et la nausée sont toujours présentes tout comme celles qui vont vous biser le cœur, totalement. Attendez-vous à des pertes, des pertes auxquelles nous ne nous attendons pas et vous laisse complètement scotchés, sur les fesses, le cœur brisé.

Mais le vrai gros plus par rapport au premier (en fait il y a deux choses), c’est que Scott Sigler a vraiment poussé encore plus loin la psychologie de ses personnages suivant la manière dont leur société les a forgés. Nous avons des réponses à nos questions, des réponses qui nous éclairent sur ce qu’ils sont et qui nous permettent de mieux les comprendre, mieux comprendre leurs réactions, leurs psychologies mais des réponses qui vont également les changer, leur faire réaliser ce qu’ils sont censés être et ce qu’ils ont envie d’être. Et puis d’autres choses dont je ne peux pas parler mais qui amènent un vrai combat intérieur des plus troublants et fascinants. Nos héros vont changer, pour le meilleur ou pour le pire, les cartes vont être redistribuées régulièrement au fil des découvertes et des révélations. Des révélations qui nous insurgent, qui nous écœurent, qui nous font peur. Enfin, des réponses à de très nombreuses questions, nous avançons, mais à la place une multitude de nouvelles questions arrivent.

Et puis il a cette immense, énorme, inattendue découverte (j’en suis restée hallucinée, je ne l’avais pas vu venir) qui apporte une réflexion sur la société actuelle, sur notre monde, sur nos actions, nos réactions face à l’inconnue, la différence, face à l’Autre. Un parallèle auquel je n’ai pu m’empêcher tout au long de ma lecture. Sans oublier cette lutte de pouvoir constante soit pour protéger les siens, soit pour « dominer le monde », soit parce qu’il faut que quelqu’un à un moment donné doit faire des choix, assumer des choix. Différentes visions, toutes pertinentes qui nous font toutes finalement frémir et réfléchir. Jusqu’où aller pour se protéger, protéger les autres ? Quelles sont les limites à ne pas franchir ? Qui possède le droit de vie ou de mort ? Quelqu’un doit-il le posséder, même au nom de la Justice ? Il y a aussi le thème des croyances, jusqu’où elles peuvent emmener l’homme, jusqu’à quelles extrémités. Oui, beaucoup de questions terriblement d’actualités et qui donnent à réfléchir d’une autre manière et nous offre une vision de cette aventure différente.

Impossible de s’ennuyer durant notre lecture, chaque paragraphe nous offre son lot de surprises, son lot d’informations, d’émotions, de rire aussi parfois. L’écriture est explosive, haletante, l’auteur fait un vrai travail d’écriture en début du roman pour nous rappeler l’histoire, les éléments principaux l’air de rien, histoire de nous plonger immédiatement dans le bain. Je crois que j’ai dit à peu près tout ce que je pouvais vous dire sans risquer de vous spoiler mais croyez-moi, il y a encore beaucoup à en dire si je le voulais. Surtout après ce final ! Maintenant je n’ai qu’une hâte, lire le troisième tome, Alone, qui est prévu en VO pour mars 2017, pour avoir toutes les réponses à mes questions et retrouver ces personnages auxquels je me suis énormément attachée.

Aranéidement Vôtre,
Melwasul

coup de coeur

Retrouvez cette série sur le blog:
Alive #1

Votre appréciation du livre :

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *