7 secondes de Tom Easton

7 secondes

Titre : 7 secondes
Auteur : Tom Easton
Éditeur : Lumen
Date de parution : 17 septembre 2015

Résumé

Mila n’a que 7 secondes d’avance.
7 secondes pour se battre.
7 secondes pour sauver sa vie.

Avis de Melwasul

note 47 secondes. Juste 7 secondes. Prenez le temps de compter.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

C’est lent, très lent. Et pourtant tellement, tellement rapide, tellement court quand il s’agit des 7 secondes nécessaires à sauver votre vie. Car, ces 7 secondes, c’est le laps de temps dont dispose Mila pour échapper aux agents à ses trousses.

Mila vit dans un monde pas si loin du notre mais totalement différent. L’Union Européenne n’est plus, il s’agit maintenant d’une zone d’une grande pauvreté, faîte d’insécurité, de guerres et de tous les maux. Le seul bout de terre où il fait bon vivre, ce sont les Iles, actuellement connues sous le nom de Grande-Bretagne. Là-bas, la vie y est magnifique. Les gens ne manquent de rien, tout y gratuit ou presque, pratiquement pas besoin de police et de surveillance tellement la vie y est sure. Mila, elle, vient de l’Est, d’une petite ville dont elle a fui la pauvreté avec son ami/mentor Julian. Leur but, traverser la Manche et atteindre les Iles pour y débuter une nouvelle vie. Une vie meilleure. (Un thème malheureusement d’actualité, je n’ai pu m’empêcher d’y penser tout au long de ma lecture.) Malheureusement, Julian meurt lors de la traversée et Mila se retrouve seule, dans un centre d’immigrés.

Et tout est loin de se passer comme prévu. Ils veulent absolument savoir d’où elle vient, pourquoi et par où elle est passée. Ce que Mila refuse obstinément de dire (elle a de quoi vous faire tourner bourrique). Et pour découvrir ses secrets et la surveiller, ils décident de lui implanter un portable dans la tête (sympathique). En fait, sur les Iles, tous les habitants sont munis d’un téléphone intégré dès leur enfance dans leur cerveau (double beurk). Ils sont ainsi tous le temps connectés, tout le monde peut se suivre via internet, … Le concept de vie privée comme jamais vu (c’est d’ailleurs assez spécial). Et c’est à ce moment-là que tout va vraiment tourner vinaigre. Car les techniciens découvrent une masse suspecte chez Mila, masse qu’ils suspectent être une bombe. Il ne lui reste qu’une seule solution : fuir pour sauver sa vie. Sauf qu’à travers son téléphone, ils voient ses moindres faits et gestes en temps réel. Ou presque. Il existe un décalage de 7 secondes entre ce qu’elle voit et ce qui leur est retransmit. Ces fameuses 7 secondes, même pas 100 mètres d’avance (même Usain Bolt met plus de 7 secondes pour les parcourir). Mais finalement, ces 7 secondes, c’est ça de gagné, c’est son ultime espoir. Mais cela sera-t-il suffisant ?

C’est une véritable chasse à l’homme (à la femme) qui est organisée. C’est magnifiquement fait. Nous n’arrêtons pas. Les courses poursuites s’enchaînent, les scènes d’action sont époustouflantes. Nous les imaginons parfaitement, nous y sommes comme si elles se déroulaient sous nos yeux et même comme si, c’était nous qui étions à la place de Mila. J’ai ressenti l’adrénaline tout au long de ma lecture ainsi que de l’effroi parfois.

Et les personnages sont largement à la hauteur. Mila qui est une jeune femme exceptionnelle. Elle est très intelligente, c’est une super combattante, c’est une sorte de MacGyver, avec tout et n’importe quoi elle arrive à se sortir de situations catastrophiques. Mais en plus elle a un sens de l’humour particulier que j’ai adoré. Mais à côté de cette force qui émane d’elle on sent aussi ses faiblesses, sa solitude, qui nous la rendent encore plus attachante.

Il y a également Julian dont on ne sait que penser. Disparu dès le prologue, on ne cesse de se poser des questions sur lui. On le découvre petit à petit grâce à de nombreux flashbacks (qui permettent de faire redescendre l’adrénaline mais que j’ai trouvé un brin trop longs par moment)(des flashbacks qui nous éclairent aussi sur qui est Mila et ce qu’elle a vécu). Bref, Julian dont on ne sait vraiment pas quoi penser. Un coup on le déteste un coup on l’admire puis on change d’avis deux secondes plus tard.

Bien sûr, je finirai en parlant d’Adam. Adam, c’est l’agent qui est censé surveiller Mila, puis la retrouver et enfin l’exterminer si besoin. Sauf que bien malgré lui, Adam va tout doucement s’attacher à cette fille étrange au caractère bien trempé. Il va devoir choisir entre ce en quoi il a toujours cru et ce en quoi il a envie de croire. Un vrai conflit intérieur qui nous rend le personnage vraiment attachant. J’ai adoré suivre la relation qui naît entre Mila et lui tout doucement. Une relation pleine de suspicion au début et qui se transforme vers quelque chose de plus doux sans que cela soit vraiment évoqué. Cela se déroule vraiment en troisième, voire quatrième, plan. Adam qui est donc parfait pour une relation parfaite.

L’espace d’un instant, j’ai eu peur, très peur. J’ai même failli insulter l’auteur puis finalement, après lecture de la dernière page, j’ai eu envie de prendre dans mes bras pour le remercier de cette fin si parfaite. Une fin qui a mis joie et espoir dans mon cœur ! Mais qui prouve aussi les limites qu’il peut y avoir. Tout n’est pas « joie » non plus. On ne change pas le monde en une journée et il est difficile de faire bouger les choses. Autre bonus, ce roman est un one shot et qu’est-ce que ça fait du bien de finir un livre de ce genre sans être malade d’impatience en attendant la suite !

Bref, j’ai encore passé un excellent moment avec un roman de cet éditeur que je découvre tout doucement après mon méga coup de cœur pour Gardiens des Cités Perdues (le tome 2 me fait de l’œil depuis ma PAL mais je résiste !) mais aussi The Book of Ivy que j’avais énormément apprécié (j’ai hâte d’avoir la suite !).

Sept’ment Vôtre,
Melwasul

Votre appréciation du livre:

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Share via email
+1

6 réflexions au sujet de « 7 secondes de Tom Easton »

  1. pureplaisirdelire

    Bonjour,
    Voici un livre que je m’étais noté dans mes lectures à lire de ce mois. Manque de temps, je ne sais pas si je pourrais le lire (dommage qu’il n’existe pas des jours de 48 heures ! lol).
    Merci en tout cas pour ta chronique qui me donne l’eau à la bouche.
    Bonne journée.

    Répondre
    1. Melwasul Auteur de l’article

      ahhh les journées de 48h et les semaines de 8 jours, j’en rêve ! Sinon si tu trouves le temps, fonce parce qu’il est vraiment tip top !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *